Qu’est-ce que c’est?

 Elle permet :

  • D’observer sa pensée qui se développe au fil de l’échange
  • De repérer ses articulations et ses noeuds
  • De déclencher une réflexion personnelle 

A qui s’adresse-t-elle?

Elle s’adresse à toute personne qui cherche :

  • Les raisons de discordance entre ses actions et ses principes de vie
  • Un philosophe praticien efficace
  • Un interlocuteur pragmatique

Comment se déroule la séance?

  • Il s’agit d’un dialogue en face à face
  • Le client propose une question initiale sur un problème qui l’intéresse particulièrement
  • Le philosophe le guide par un questionnement
  • Les réponses du client mettent au jour son mode de fonctionnement et sa vision du monde

La consultation a-t-elle une suite?

La consultation est généralement filmée. En la visionnant ensuite, il est possible de répondre à une liste de questions  pour analyser le déroulement du dialogue.

Prix indicatif : 50 euros

Prendre rendez vous avec un consultant philosophe

La consultation philosophique est une sorte d’atelier philosophique qui s’effectue à deux : le philosophe praticien et son « invité ». L’échange ressemble au dialogue interne qui pour Platon caractérise la pensée.

Pour réaliser un tel exercice, le philosophe pose des questions, qui obligent son interlocuteur à clarifier sa pensée, à envisager de nouvelles hypothèses, à initier une analyse critique de ses propres idées afin de penser un « impensable » qui en fin de compte s’avère tout à fait pensable. Pour réellement délibérer, il s’agit de libérer la pensée de ses rigidités, sans quoi ne se présente à elle aucune alternative porteuse. Il s’agit d’oser examiner les points aveugles, incohérences et ignorances si fréquentes dans toute pensée singulière. Il n’est pas question ici de raconter sans fin sa vie ou ses souffrances, ni de laisser libre cours à une pensée débridée, mais d’élaborer, d’analyser et de construire un cheminement, non pas comme une vérité absolue ou objective, mais comme une expérience vivifiante de pensée et d’être.

Le rôle du philosophe praticien ne consiste donc pas à fournir une quelconque sagesse doctrinale, mais à assurer que son interlocuteur réalise le geste peu naturel de s’engager dans un corps à corps avec sa propre pensée. Il s’agit de fluidifier la pensée, au-delà des crispations sur diverses opinions ou émotions, afin d’oser examiner sa propre finitude, ce qui bien entendu reste une expérience relativement troublante, qui peut être nommée le « mourir à soi ».