Démarche

La pratique philosophique que nous proposons se démarque de l’enseignement traditionnel de cette discipline. En effet dans nos ateliers philosophiques ce qui importe avant tout n’est pas le savoir théorique mais la méthode par laquelle chacun d’entre nous peut élaborer une pensée critique et philosophique.

Cette méthode, comme toute méthode suppose l’application d’un ensemble de règles. Sa pratique régulière permet d’acquérir progressivement un savoir-faire philosophique, c’est-à-dire la maîtrise de compétences cognitives telles que : la reformulation, l’argumentation, la contre-argumentation,la problématisation, la conceptualisation.

Ce savoir-faire se développe grâce au travail en groupe. Il s’agit en pratiquant la philosophie de mettre sa pensée à l’épreuve de celle de l’autre en s’appuyant sur une faculté commune : la raison. Ainsi lors d’un atelier, chacun est invité par l’animateur à s’interroger sur l’élaboration et le cheminement de sa pensée : l’argument que je propose est-il clair pour l’autre ? S’il me comprend, accepte-t-il ce que j’avance ou a-t-il une objection ? Cette objection est-elle claire pour moi ? Si, oui, suis-je capable de la reformuler ? Son objection me convainc-t-elle ou bien puis-je défendre par un argument ma proposition initiale ? Quel est le problème auquel nous sommes confrontés ? Quels sont les concepts principaux sur lesquels s’appuie notre réflexion ?

Lors de ces ateliers, il s’agit d’apprendre à accepter le jugement critique des autres, de mesurer la différence entre discours spontané, émotif, très souvent chaotique et propos réfléchi, rationnel, posé.

Ces ateliers pratiqués régulièrement permettront à chacun des participants d’acquérir des compétences et une confiance dans sa capacité à penser qui lui rendront plus accessibles la lecture des auteurs classiques de la philosophie.

Ainsi il pourra au fil des ateliers et de la mise en rapport de sa pensée avec celle des autres, se constituer une philosophie consciente, libre et sereine. Petit à petit il élaborera une vision du monde à la fois plus large et plus lucide qui augmentera sa « puissance d’exister » -pour reprendre une expression de Spinoza- et renforcera les décisions auxquelles il sera confronté.